L’État-succursale: un sérieux avertisemment

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

Il y a quelques mois paraissait chez VLB L’État-succursale, publié par Simon-Pierre Savard-Tremblay (transparence totale : c’est un ami que l’on surnommera SPST dans le cadre de cet article). Avec plaisir, j’ai effectué une petite revue de cet essai. Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

La convergence PQ-QS : un dialogue de sourds qui s’ignore

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

Depuis son élection comme chef du Parti Québécois, le 7 octobre dernier, Jean-François Lisée semble avoir fait de la « convergence des forces progressistes » l’un de ses principaux objectifs politiques. L’idée d’un front électoral uni pour faire face au PLQ fait son chemin depuis plusieurs années parmi les observateurs et militants des partis politiques concernés. Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

Pourquoi je voterai pour Paul Saint-Pierre Plamondon… et Alexandre Cloutier !

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

La course à la direction du PQ qui désignera le 9e chef du Parti québécois arrive à sa fin. Une course inutilement longue qui aura été parfois rocambolesque. Il y aurait beaucoup de pixels à dépenser afin de couvrir tout ce qui s’est passé durant cette course : je ne retiendrai toutefois que les éléments suivants. Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

La proposition Marceau : une démarche fondée sur la réalité

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

Dans le brouhaha de l’actuelle course direction du Parti québécois, un petit groupe de députés et de militants réuni autour du député Nicolas Marceau ont proposé une révolution dans la manière dont le Parti québécois aborde la question nationale.

Proche de la proposition de Choisir le progrès national, le groupe de M. Marceau propose une démarche volontariste visant à briser le statu quo constitutionnel dans lequel le Québec est englué. D’abord, le Québec demanderait au gouvernement fédéral de formuler une proposition de réforme constitutionnelle. Ensuite, cette proposition serait mise côte à côte avec l’indépendance lors d’un référendum qui demanderait aux Québécois de trancher entre les deux options. Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

Passer outre les réflexes pavloviens ou pourquoi il faut donner une chance aux « Orphelins politiques »

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

Sous les eaux sommes toutes calmes de notre marasme politique national, les remous se font de plus en plus sentir. C’est tout à fait normal lorsqu’un régime vieillit. C’est encore davantage normal lorsque l’opposition au régime est plus divisée que jamais dans l’histoire récente du Québec.

Dans ce sourd bouillonnement, le Devoir annonçait le 26 mars dernier qu’un groupe, les « Orphelins politiques », allait se réunir pour fonder un parti politique. Outre que la fondation d’un parti n’est pas la finalité de ce mouvement, cette annonce a provoqué la plus massive volée de bois vert politique des dernières années : les critiques ont plu, avec une violence rare[i]. Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

Pour éviter toute confusion…

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

Le mardi 11 novembre 2014, Mme Lysiane Gagnon a signé dans La Presse un texte intitulé « Présumés coupables… » où elle s’inquiétait avidement du sort de la présomption d’innocence au Canada et de la « subjectivité » de ce que représente du harcèlement ou une agression sexuelle[1]. Elle traite de toutes ces questions en démontrant, à plus d’une reprise, une confusion douteuse. Le présent texte vise à répondre au sien et à clarifier certaines des notions qu’elle y aborde et dont on traite fréquemment dans l’actualité ces jours-ci.   Continuer la lecture

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone